Calendrier > Archives

Je chante le corps électique

Etre Machine Festival des Idées Théâtre de la Reine-Blanche

Etre Machine « Je chante le corps électrique »… Des instruments mécaniques du XVIIIe siècle aux sons électroniques d’aujourd’hui, la musique aura, au fil du temps et des progrès technologiques, tissé des liens toujours plus étroits avec la machine. Au point de se laisser fasciner et d’abandonner toute liberté de l’interprète et du compositeur ? Les musiciens de l’Ensemble Zellig souhaiteraient montrer que le « défi de la machine » doit, tout au contraire, stimuler l’imagination. Jouer, dialoguer composer avec la machine, parfois en s’identifiant à elle, tel est le propos de ce programme qui devrait aussi faire place à l’humour et, on l’espère, réserver quelques surprises.

De Haydn à Varèse : deux siècles de musiques qui dialoguent, composent, jouent et rêvent avec les machines. Etre Machine « Je chante le corps électrique »… Des instruments mécaniques du XVIIIe siècle aux sons électroniques d’aujourd’hui, la musique aura, au fil du temps et des progrès technologiques, tissé des liens toujours plus étroits avec la machine. Au point de se laisser fasciner et d’abandonner toute liberté de l’interprète et du compositeur ? Les musiciens de l’Ensemble Zellig souhaiteraient montrer que le « défi de la machine » doit, tout au contraire, stimuler l’imagination. Jouer, dialoguer composer avec la machine, parfois en s’identifiant à elle, tel est le propos de ce programme qui devrait aussi faire place à l’humour et, on l’espère, réserver quelques surprises. Ensemble Zellig avec: Yua Souverbie, flûtes Etienne Lamaison, clarinettes Silvia Lenzi, violoncelle Carole Hémard, voix Ivan Morane, lecture des textes et mise en espace

Programme
Joseph Haydn (1735-1809) : Pièces pour horloge mécanique, transcription pour instruments, 10’
Salvatore Sciarrino (né en 1947) : L’Horloge de Bergson, pour flûte (1999) 8’
Denis Cohen (né en 1952) : Soft Machine, pour clarinette et violoncelle (2004), 11’
Steve Reich (né en 1936) : New York Counterpoint, pour clarinette et bande (1985), 12’
Edgar Varèse (1883-1965) : « Poème acoustique » d’après le Poème électronique (1958), transcription d’Etienne Lamaison pour voix et instruments, 9’
Luigi Russolo (1885-1947) : Macchina tipografica, pour voix et instruments (1914), 10’
Leroy Anderson (1908-1975) : The Typewriter pour machine à écrire et instruments (1950), 3’
Textes poétiques et littéraires sur les relations entre la musique et la machine

du 18/11/2016 au 18/11/2016 à 20h45

Théâtre de la Reine-blanche, 2 bis passage Ruelle, 75 018 Paris

contacter par mail
››› infos complémentaires